Les Travaux Publics livrent les conclusions du contrat d’études prospectives (CEP)

Les Travaux Publics auront besoin de 252 000 permanents en 2025. Pour parvenir à l’objectif, 30 000 personnes par an devront être recrutées, alors que d’ici là, 4 400 salariés devraient prendre leur retraite chaque année.

Eléments de contexte particulièrement relevés dans les études :

  • Le danger de vieillissement du secteur : si la baisse tendancielle du nombre de jeunes exerçant dans les TP se poursuit, la part des plus de 55 ans devrait dépasser celle des moins de 30 ans en 2025.

Le recrutement et la formation des jeunes restent donc plus que jamais essentiels, avec 14 000 jeunes à recruter par an, et une augmentation de plus de 50 % de jeunes à former, d’ici 2025.

  • La diffusion du numérique : technologies et procédés de fabrication arrivant à maturité, le numérique devrait se diffuser davantage dans les organisations et les métiers, entraînant un renouvellement profond de la conduite des chantiers.

Pour répondre à ces enjeux, la FNTP souhaite faire évoluer le système de formation selon trois axes :

  • Donner la priorité à l’apprentissage : mettre en place une politique de branche en la matière, en faire la voie d’excellence de la formation aux métiers du TP, proposer un pilotage national de la politique de formation, au service des entreprises dans les territoires ;
  • Développer les partenariats et les projets de mutualisation avec l’Education nationale et les centres de formation, le CEP ayant permis de cartographier précisément les besoins en formation ;
  • Renforcer les actions en matière de sourcing au niveau régional, en lien avec l’ensemble des acteurs territoriaux : Régions, acteurs Emploi-Formation, etc.

Pour en savoir +

Télécharger la synthèse du Contrat d’études prospectives