La réindustrialisation de la France passera-t-elle par le BTP ?

Une construction numérisée de bout en bout, sur des sites de production centralisés, avec des processus industrialisés : le rapport sur les apports du numérique dans la construction, remis à Julien de Normandie, ministre de la Ville et du Logement, lors du salon Batimat, enjoint le secteur de la construction à se pré-industrialiser davantage.

Les gains de la préfabrication selon Robin Rivaton, cofondateur de l’association Real Estech, auteur de ce rapport ? « Des temps de production réduits, moins de défauts et moins de déchets produits ».

Il ne s’agit cependant pas pour lui de remplacer le modèle de construction classique, mais bien de se préparer à rivaliser face aux géants internationaux du numérique, qui seraient en mesure de proposer à l’avenir des modules de construction élaborés hors du territoire mais commercialisés en France.

Comment ? En développant une filière de pré-industrialisation en France, capable de réanimer certains bassins d’emplois et de favoriser l’économie locale. Pour y parvenir, le rapport, qui n’a pas encore été rendu public, contient 14 propositions qui concernent toutes la phase de construction d’un bâtiment, pour « produire plus, plus vite, moins cher et avec moins de nuisances sur les chantiers ». 

Pour en savoir +

Pour un état des lieux sur les impacts de la pré-industrialisation en France, découvrez la dernière étude publiée par l’Observatoire : Préfabrication et industrialisation : usages, impacts et évolution des compétences dans le BTP.