logo-iphone

logo

La fonction Etudes dans les entreprises du Bâtiment

Le secteur du Bâtiment connaît une mutation profonde, sous l’effet de multiples évolutions (Evolutions de marché, réglementaires, sociales et sociétales, technologiques, notamment). Si celles-ci impactent toutes les fonctions et tous les métierilluss du Bâtiment, la fonction Études est particulièrement touchée et prend de plus en plus de place dans l’activité des entreprises du Bâtiment.

Elle souffre cependant d’un manque de visibilité persistant quant à ses missions, ses modèles organisationnels, ses métiers et les stratégies qu’elle recouvre. C’est pourquoi le comité de pilotage de l’Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications du BTP a souhaité engager de nouvelles investigations sur cette fonction en plein essor.

Objectifs de l'étude:

- Proposer une photographie actuelle et prospective de la fonction Études et du positionnement des entreprises du Bâtiment vis-à-vis de cette fonction 

- Préciser le panorama de ses métiers et compétences ainsi que leurs évolution à court et moyen terme

- Analyser l'offre de formaiton initiale et continue au regard des enjeux

- Formuler des recommandations afin de répondre aux besoins croissants d'études sur le marché du Bâtiment

 

 

Le secteur Bois-Bâtiment: Etat des lieux et cartographie des métiers

Le secteur Bois-Bâtiment fait partie intégrante de l’aval de la filière Forêt-Bois, par sa capacité à utiliser le matériau bois dans la composition de tous types d’ouvrages, tant en menuiserie intérieure, et agencement, qu’en enveloppe etbois en structure. La performance intrinsèque de ce matériau en matière énergétique et environnementale, la structure des entreprises qui le fabriquent et le mettent en oeuvre, font de ce secteur un incontournable dans la réponse à
apporter aux enjeux majeurs que sont la transition énergétique et la transformation numérique.

Le secteur Bois-Bâtiment est donc porteur en termes d’employabilité, profitant qui plus est d’un contexte de recherche de sens du travail, qui encourage aujourd’hui l’orientation vers les métiers manuels.

Un contrat stratégique de la filière Forêt-Bois a été signé en 2014, afin de renforcer sa compétitivité. Il s’inscrit dans le Plan National d’Action pour l’Avenir (PNAA) des industries de transformation du bois et dans le plan “Industries du Bois” de la Nouvelle France Industrielle. C'est dans ce cadre que l'état des lieux et la cartographie des métiers du Bois-Bâtiment initié en 2015 ont été réalisés. L'étude s'attache à identifier l'environnement dans lequel évoluent menuisiers et charpentiers, les deux principaux métiers du secteur, d'examiner leur mobilité et présenter les tendances en matière de formation.

 Contrat d'étude prospective pour les travaux du nouveau Grand Paris

Basé sur une concertation entre l'Etat et la Branche du Bâtiment, un diagnostic territorial avait été mené dans le cadre d'un Contrat d'Etude Prospective "Les besoins en emplois et compétences liés aux travaux du Nouveau Grand Paris et aux enjeux de la transition énergétique dans le Bâtiment"grand paris

La publication des résultats du CEP en septembre 2014 mettait en évidence deux enjeux de taille :

  • Sur le plan quantitatif, un besoin de 27 000 équivalents temps plein à l’horizon 2020
  • Sur le plan qualitatif, les métiers et compétences  se doivent d'évoluer pour s’adapter aux exigences de performance du modèle constructif : meilleure qualité de conception en amont, renforcement de la qualité de mise en œuvre et travail en réseau des acteurs

Face à ces enjeux, l'ADEC Grand Paris vise 4 objectifs :

  • Renforcer la dynamique collective sur la transition énergétique portée par les organisations professionnelles
  • Développer la formation des effectifs en place
  • Réussir l’intégration des nouveaux entrants dans la profession
  • Actualiser les données prospectives pour piloter le plan d’actions

Le plan d'action est constitué de différents axes, dont le référencement de l'offre de formation, la création d’un outil de communication partagé dédié à la Transition énergétique, et  l'actualisation par la Cellule Economique Régionale de la Construction Ile de France des données prospectives :

 

Les fonctions d'encadrement de chantier du BTP

La dernière étude de l’Observatoire du BTP se penche sur les fonctions d’encadrement de chantier. Les entreprises se tournent de plus en plus vers lesdv1961024 jeunes diplômés pour ces postes. 

Appropriation du numérique, augmentation de la charge administrative… Les cadres du BTP font face à de multiples changements ces dernières années. Ils sont aussi plus nombreux : la part des conducteurs de travaux et des chefs de chantier est passée de 3,7 % en 2005, à 5,9 % en 2014, alors que la tendance est à la diminution des effectifs dans le secteur. Il apparaît que les jeunes diplômés sont les gagnants de cette progression… Au détriment parfois de la promotion interne. 14% seulement des formations servent à atteindre une fonction d’encadrement.

Des jeunes embauchés plus qualifiés

Les dirigeants d’entreprise embauchent de plus en plus de jeunes diplômés pour occuper les postes de chefs de chantier (BTS, DUT et licences professionnelles) et conducteurs de travaux (ingénieurs). Le travail en binôme et le développement de l’alternance permettent aux jeunes d’acquérir de l’expérience sur le terrain. La formation continue semble apporter les bonnes réponses aux chefs de chantier. Les cursus suivis en 2015 correspondent aux attentes en matière d’évolution de leurs compétences : adoption des outils informatiques dont le BIM, maîtrise des nouvelles réglementations, optimisation du processus et des coûts... La formation est en revanche peu mobilisée pour faire évoluer des chefs de chantier vers la conduite de travaux.

Des chefs d’équipe issus du terrain

Les chefs d’équipe restent quant à eux majoritairement issus de la promotion interne. Leur fonction prend de l’importance avec l’augmentation des petits chantiers, comme ceux de la rénovation. La formation continue, encore peu mobilisée pour ces professionnels, leur permettrait d’acquérir les compétences complémentaires qui leur sont désormais demandées : management, autonomie sur le chantier, suivi financier, achats, relation clients. Ce sont les entreprises de plus de 50 salariés qui forment le plus leurs chefs d’équipe, alors que ce sont les moins de 20 qui concentrent le besoin. Une situation qui pointe un des enjeux à venir de la formation continue : favoriser le recours à la formation pour les TPE et les PME, notamment sur la fonction de chef d’équipe.

 

 

 

Le verdissement des métiers des Travaux Publics

Aujourd'hui l'impact de l'économie verte sur les métiers des Travaux Publics est une réalité. La majorité des emplois de la profession voit ses missions modifiées ou transformées par les différentes évolutions. A ce titre, La FNTP en collaboration avec Constructys, l'OPCA de la Construction a initié un état des lieux 2013 permettant d'identifier les attentes et besoins des acteurs de la branche, de positionner l’importance des enjeux de verdissement des compétences sur les métiers,  les emplois et les formations, d'établir des propositions d’actions visant la création et la rénovation de l’offre de formation en vu de « verdir » les emplois de la branche.

 


 

Les besoins en formation, emplois et compétences liés au déploiement de la fibre optique

Un Appui Technique prospectif - initié par l’Etat avec le concours de la plateforme Objectif fibre (filière fibre optique regroupant la FFIE, la FIEEC, la FFTélécoms et le SERCE) et de Constructys l’OPCA de la Construction –  relatif aux besoins potentiels en matière de formation, emplois et compétences a permis, pour la première fois, de quantifier et de qualifier l’impact du chantier de la fibre optique. Cette étude a notamment permis de développer plusieurs indicateurs estimant le nombre d’emplois à mobiliser et les enjeux en termes de volume de formation pour permettre la montée en compétences de la main d’œuvre associée au déploiement et la maintenance des réseaux FttH dans le secteur de l’installation.

electricien