logo-iphone

logo

Conditions d'exercice, de sécurité et les habilitations

Les conditions d'exercice de la fonction QSE

Le responsable QSE dispose d'une grande autonomie et doit avoir une maîtrise complète de la vie de chantier : audits, relations clients et fournisseurs, gestion des ressources humaines. C'est un métier qui évolue sans cesse avec l'exigence croissante de qualité, les enjeux environnementaux, l'évolution de la législation du travail en matière de sécurité.

Les qualités principales de ce professionnel sont l'organisation et la rigueur, associées à un très bon relationnel pour ses contacts avec les différents services de l'entreprise. Il doit avoir une bonne résistance physique, du sang-froid, de l'initiative, le sens de l'observation et de la discrétion.

Le responsable QSE partage son temps entre le bureau et le terrain. Il peut avoir un rôle plus ou moins fort d'animation ou de conception / recherche. Selon les cas, il peut exercer la fonction à plusieurs niveaux : dans un groupe, la fonction QSE concerne différents emplois, par exemple le directeur QSE au niveau du siège ; l'animateur QSE dans un établissement ou encore sur un chantier ou un projet (bureau d'études) ; le responsable QSE à un niveau territorial (région...). Dans une PME, le responsable QSE travaille en autonomie, en lien direct avec le dirigeant.

Un rôle central de prévention sécurité dans l'entreprise

Animateur prévention - sécurité, il est chargé de limiter au maximum tout risque d'accident, par la mise en place d'une politique de prévention adaptée, et d'actions correctives en cas de dysfonctionnements constatés.II s'agit à la fois d'un rôle d'information, de contrôle, de conseil et de négociation exercé en lien étroit avec la direction générale, les directions opérationnelles et les organismes de contrôle et de prévention.

Il synthétise les statistiques d'accident du travail, analyse les causes d'accidents du travail et propose des moyens de les éviter.Il conseille les unités opérationnelles et le service RH dans l'établissement des plans de formation, organise et assure le suivi des formations et des habilitations sécurité.Il assure la préparation et le suivi de certification et des audits internes.

Il anime les réunions CHSCT (Comité Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail) en partenariat avec le médecin du travail, la CRAM et l'inspection du travail.

En amont du chantier, il participe à l'analyse des risques du chantier et à la rédaction des PPSPS(1).

Il préconise des actions d'amélioration, suit leur mise en places et leur efficacité, contribue à la diffusion des retours d'expérience.

(1) PPSPS : Plan particulier de sécurité et de protection de la santé

 

Formations de perfectionnement

L'évolution professionnelle d'un technicien passe toujours par la spécialisation en hygiène, sécurité (voir « conditions d'exercice – sécurité ») ou environnement (voir ci-dessous). Avec de l'expérience et une formation complémentaire continue, un technicien peut obtenir un titre d'ingénieur.

Les compétences requises pour la fonction environnement

Intégrer les nouvelles contraintes réglementaires

Les nouveaux textes réglementaires issus du Grenelle de l'Environnement modifient la manière dont sont mis en œuvre les chantiers, les solutions techniques à utiliser en priorité, la gestion des pollutions et des déchets.

Pour les responsables QSE, cela suppose :

  • une très bonne compréhension du rôle des acteurs impliqués dans l'application de la réglementation
  • la maîtrise des implications pratiques de la réglementation sur les chantiers et pour l'entreprise

Etablir, suivre et contrôler un indicateur de performance environnementale

Le développement des démarches développement durable des entreprises rend nécessaires la mesure et le suivi des performances environnementales. Deux enjeux dépendent en effet de ces activités :

  • Tout d'abord, la plupart des grandes entreprises ont mis en œuvre une démarche environnementale dans laquelle le suivi des performances énergétiques prend une place importante : bilan d'émissions de CO2, bilans énergétiques, etc.
  • Ensuite, certaines entreprises évaluent, en amont des chantiers, les consommations énergétiques afin de guider leur choix entre plusieurs alternatives technologiques. L'ensemble de ces évaluations implique d'utiliser des outils et des méthodes de calcul, d'interpréter leurs résultats.

Les compétences nécessaires peuvent être acquises dans des formations dédiées auprès des organismes ayant créé ces méthodes de calcul (ADEME, FNTP, etc.).

 

En savoir plus :
Découvrez les compétences requises pour les chantiers d'éco-construction

 

Les animations prévention et sécurité en partenariat avec l'OPPBTP

 

securite-prevention