logo-iphone

logo

Conditions d'exercice, de sécurité et les habilitations

Formations de prévention notamment sur :

  • Performances et limites de l'engin
  • Règles de stabilité
  • Règles de l’élingage
  • Risques liés à l'environnement : obstacles, vent, lignes électriques, conditions particulières
  • Equipements de protection individuelle
  • Prévention des risques liés à l'activité physique (PRAP)
  • Protections des personnes
  • Sauveteur secouriste du travail


Les Formations Obligatoires et Recommandées du BTP

Consultez le guide en ligne regroupant les 124 formations du BTP pour vous adapter aux évolutions du secteur et être en conformité avec la règlementation : www.formations-obligatoires-btp.fr

Formations de perfectionnement

Pour se perfectionner, le grutier peut se former, par exemple, dans les domaines suivants :

  • maintenance d'une catégorie ou d'une marque de grue
  • mécanique d'engins
  • grutages particuliers
  • conduite de grues mobiles et auxiliaires

Voir les vidéos

(Copyright FFB)

(Copyright Afpa et CAPEB)

Les animations prévention et sécurité en partenariat avec l'OPPBTP

 

securite-prevention

Témoignage

chef-de-chantier-59

Claire, 37 ans

grutière, ouvrière professionnelle

guillemet-temoignageTitulaire d'un CAP Agricole, elle travaille depuis 20 ans dans l'horticulture quand elle décide de se reconvertir.

A l'issue d'un bilan de compétences, elle découvre le métier de grutière : une semaine de congés lui permet de faire un essai au sein d'une entreprise de BTP. Elle choisit d'y rester et démissionne de sa fonction d'horticultrice.

Embauchée en contrat de professionnalisation à durée indéterminée, elle suit une formation de trois semaines à la conduite de grue à tour et professionnalise sa pratique sur chantier. Après trois mois, elle se présente avec succès aux épreuves du Titre Professionnel « Grutier de grue à tour ». ...

Lire la suite ...

Témoignage

grutier-4

Max, 52 ans

reconverti comme grutier il y a 10 ans. Il est compagnon professionnel

guillemet-temoignageIl travaille dans une cabine suspendue à plus de 30 mètres de hauteur : «Ce n'est pas un métier fatiguant physiquement, mais qui requiert beaucoup de concentration».

La sécurité des équipes au sol, sa principale préoccupation, réclame une attention constante ; il lui faut aussi de l'habileté pour déplacer béton et parpaings. En bas, les équipes sollicitent Max pour établir les priorités entre les camions qui déchargent. ...

Lire la suite ...