Les portraits statistiques |

Choisissez un portrait statistique :

  • Métiers
  • Salariés
  • Entreprises
en cours de préparation
Les chiffres-clés
Parmi ceux-ci : l’évolution du nombre de salariés sur 1 an, ce qu’il représente en pourcentage sur l'ensemble des métiers du BTP, sa féminisation, son renouvellement générationnel (part des jeunes/seniors).
de salariés en 1 an
salariés
de l'ensemble des
salariés du BTP
de femmes en 1 an
femmes
de l'effectif total
de ce métier
de salariés de moins de 25 ans
moins de 25 ans
de l'effectif total
de ce métier
de salariés de plus de 55 ans
plus de 55 ans
partiront à la retraite
dans les 10 prochaines
années
Évolution des EFFECTIFS DE salariés
Voici un éclairage sur les mouvements de salariés dans le métier : leur évolution sur plusieurs années à la fois sur le nombre de salariés, les recrutements et les primo entrants dans le métier.
de taux de rotation
en 2017 ? Le taux de rotation du secteur s’apparente au turn over d’une entreprise. Mais le statut d’entrant ou de sortant est temporaire : les sorties n’étant pas définitives, l’année suivante, un ancien salarié du BTP peut à nouveau être entrant dans le secteur.
recrutements
en 2017
premiers entrants
en 2017 ? Il s'agit des recrutés n'ayant jamais travaillé auparavant dans le BTP
La structure des âges
Il s’agit d’une première analyse de la pyramide des âges du métier en la comparant avec la pyramide type la plus proche de sa forme. Vous pouvez ensuite la comparer avec d'autres pyramides types en cliquant sur leurs symboles.

Comparez la pyramide de ce métier avec :

Explorer en détail ces données
Menu L'analyse de
l'Observatoire
L'analyse de l'Observatoire

Chiffres-clés 2014

→ Les salariés

Malgré la crise qui touche les professions du BTP depuis 2008, l’effectif salarié de la branche (1 205 945 personnes) reste supérieur à ce qu’il était en 2005 (1 197 465). Ce chiffre en fait un des tous premiers employeurs de France dans le secteur privé. Le point haut avait été atteint en 2008 avec 1 346 000 salariés, l’écart avec l’effectif 2014 mettant en lumière l’impact de la crise sur l’emploi de la branche ces dernières années.

En  2014, les métiers « divers de la production » représentent 17.34% des effectifs, et plus du quart des salariés du groupe des métiers de la « production ». Ces chiffres sont en augmentation depuis 2005 (15.18 de l’effectif total et 21.34% des effectifs de la production). Ces éléments peuvent traduire le retour, engagé au début des années 2000, de salariés peu qualifiés ne détenant pas de métier identifié sur le chantier (ouvriers d’exécution) ni de certification (au minimum un CAP conduisant à un positionnement minimum d’ouvrier professionnel).

A noter que la part des maçons continue de descendre (de près de 20% en 2005 à 17% en 2014). La position reste cependant la même, avec le premier rang des métiers identifiés en production. Peintres, Menuisiers, électriciens et conducteurs d’engins conservent dans la durée leur place respective dans le classement, avec de faibles variations.

→ Les femmes

En quelques années, la population de la profession a accentué sa féminisation, en passant de 90% de salariés masculins en 2005 à 88% en 2014. Cette évolution peut sembler marginale en pourcentage, elle l’est moins en effectifs  soit presque 20 000 de salariés féminins de plus.

En 2014, les femmes représentent 11.58% de l’effectif de la Branche. Ce chiffre augmente très lentement mais régulièrement depuis 2005 (10.05%). La situation est cependant contrastée en fonction des grandes fonctions de l’entreprise : elles ne sont que 1.22% en production en 2005 et 1.34% en 2014, une évolution très marginale par rapport à l’évolution globale.  
Sur les métiers techniques et d’encadrement de chantier, la stabilité est totale (respectivement 7.37 et 7.39% en 2005 et 2014). C’est donc du côté des fonctions administratives et commerciales que les professions du BTP se sont féminisées : en passant de 49.81% en 2005 à 54.68% de l’effectif en 2014, elles sont devenues majoritaires sur ces fonctions dans les entreprises de la Branche.

On notera également que c’est sur la tranche d’âge supérieure (plus de 55 ans) qu’elles sont le plus représentées, avec 13 .91% de l’effectif total. A l’opposé, avec seulement 6.18% des moins de 25 ans, elles sont sous-représentées dans la tranche d’âge la plus jeune, qui emploie majoritairement des personnels de production pour lesquels les jeunes femmes sont peu présentes.

→ Les jeunes et les seniors

Les tranches d’âges sont très différemment touchées par la baisse générale des effectifs qui touche la profession depuis 2009. Les plus de 55 ans voient leur effectif progresser de manière continue de 2005 à 2008, puis de 2009 à 2014, sans rupture : cette tranche d’effectif semble non seulement ne pas être touchée par la crise mais même avoir bénéficié d’une volonté de la profession de conserver les salariés les plus expérimentés. De manière moins marquée, la tranche d’âge des 45 à 54 ans bénéficie du même phénomène, même si elle subit une légère baisse ces cinq dernières années. Les trois tranches d’âge les plus jeunes subissent la baisse générale de manière très modérée pour les 25- 34 ans, forte et marquée pour les 35-44 ans, et extrêmement accentuée pour les moins de 25 ans, qui a perdu près de 40% de ses effectifs en six ans.

→ Les recrutements et les premiers entrants (ceux qui n'ont jamais travaillé auparavant dans le BTP)

En 2014, les professions du BTP ont effectué 231 579 recrutements, contre 240 296 en 2013. Il s’agit du chiffre le plus faible depuis 2009 (255 296), qui avait marqué un fort coup d’arrêt dans la progression continue qui avait précédé. Cette décrue des recrutements de 3.63% fait suite à trois années de baisse consécutive, et s’inscrit dans une tendance baissière plus large depuis le sommet atteint en 2008 avec près de 325 000 recrutements.

89% des recrutements ont concerné des hommes, 11% des femmes. Cette répartition ne présente pas de variation significative depuis 2005.

46% des entrants n’avaient jamais travaillé dans le BTP auparavant. Ce chiffre est légèrement inférieur  de 2% par rapport à 2013 et suit une tendance générale baissière : en 2008, près de 60% des entrants n’avaient jamais travaillé dans le BTP. Ce pourcentage ne cesse de diminuer  depuis, probablement en raison du plus grand nombre d’ex salariés du BTP disponibles sur le marché de l’emploi et cherchant à y retourner. En 2014, 28% des entrants avaient moins de 25 ans, contre  36% en 2006.

 

Explorer en détail ces données
Sources et crédits
  • Données : UCF
  • Traitement des données : CCCA-BTP
  • Réalisation : Observatoire des métiers du BTP (avec Wedodata)