logo-iphone

solier-moquettiste-1

Clothilde, 20 ans

solière moquettiste dans une entreprise artisanale

guillemet-temoignageLe rêve de Clotilde était de devenir décoratrice d'intérieur. Mais après une scolarité décevante, elle prend conscience que les études supérieures ne sont pas faites pour elle. Elle se lance dans un CAP Peintre comme apprentie et, travaillant sur un chantier de rénovation, elle a l'occasion d'observer le travail d'un artisan solier-moquettiste. Elle se renseigne et se rend compte que le solier-moquettiste peut se spécialiser en formation continue dans des compétences fines : tissus tendus, sols sportifs, sols antistatiques, décoration intérieure...

Aujourd'hui, Clotilde travaille avec l'artisan qui lui a fait découvrir ce métier : « il faut avoir le sens de l'harmonie, jouer un rôle de conseil auprès des client et se tenir au courant des nouvelles tendances car il y a aujourd'hui sur le marché un choix très large de revêtements différents et une immense palette de couleurs et d'effets. » Elle reconnaît que c'est aussi un métier physique même si elle travaille à l'abri des intempéries.

Son but : Elle voudrait suivre une formation technologique et administrative : métré, gestion et organisation de chantier... Avec un Bac Pro obtenu en VAE, elle espère évoluer vers un poste à responsabilité dans une PME, par exemple comme assistante technique dans l'aménagement de la maison.