logo-iphone

grutier-4

Max, 52 ans

reconverti comme grutier il y a 10 ans. Il est compagnon professionnel

guillemet-temoignageIl travaille dans une cabine suspendue à plus de 30 mètres de hauteur : «Ce n'est pas un métier fatiguant physiquement, mais qui requiert beaucoup de concentration».

La sécurité des équipes au sol, sa principale préoccupation, réclame une attention constante ; il lui faut aussi de l'habileté pour déplacer béton et parpaings. En bas, les équipes sollicitent Max pour établir les priorités entre les camions qui déchargent.

Avec 65 coéquipiers en bas, Max se considère un peu comme un «chef d'orchestre», témoin privilégié de l'avancée des travaux.